RPG Halo
Bienvenue sur RPG Halo!

N'hésitez pas à vous inscrire ou vous connecter si vous êtes déjà un membre du forum.

Si vous avez des questions, contacter les Administrateurs à l'adresse suivante : rpghalo@gmail.com

Ou sinon rejoignez nous sur notre page Facebook Rpg Halo



UNSC, ONI, Alliance Covenante Unifiée ou Rebelle ? Choisissez votre voie et combattez pour votre cause.
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Marcus Jacobs(Spartan 112) (En Cours...)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Marcus Jacob(Spartan 112)
Général d'Armée
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1917
Age : 24
Camps : UNSC
Localisation : Dans mon armure MJOLNIR
Devise : Spartan never die - they are just Missing In Action
Date d'inscription : 21/02/2007

Caractéristiques
Classes: Spartan
Médailles: Aucune
Armes / Véhicules:

MessageSujet: Marcus Jacobs(Spartan 112) (En Cours...)   Mar 6 Aoû - 0:53

 - Identité -

Nom: Jacobs

Prénom: Marcus.
Age: L'âge de votre personnage. Veillez à ce que votre description physique soit en accord avec celui-ci.
Classe: Définissez la spécialisation de votre personnage, qu'il soit Tireur d'Élite, Médecin, Pilote de Véhicules Terrestre Etc.
Grade:
A savoir. Le grade que vous demandez ne vous sera pas forcément attribuer : le staff jugera si votre fiche est digne de ce grade. Dans le cas échéant, un grade approprié à votre niveau vous sera délivré. Il sera dorénavant fréquent de commencer en bas de l'échelle hiérarchique.

- Descriptions -




Physique: Décrivez les changements que votre personnage à subis depuis sa création (Facultatif)



Psychologie: Décrivez les changements que votre personnage à subis depuis sa création (Facultatif)



Histoire : 


Je suis née sur Algolis il y a près d’un siècle. Je suis née dans une clinique médicale à l’intérieur d’une base de l’ONI durant une attaque d’Insurgé. Le jour de ma naissance fût le seul jour de ma vie où je vis mon père. Ce jour-là j’ai reçu la première, dernière et donc seul preuve d’amour que mon père ait put me donner. L’attaque des Insurgés était très violente ce jour-là et plusieurs navettes d’évacuation c’était déjà fait descendre en essayant de quitter le secteur. Mon père était un des meilleures pilotes de la NAVY. Il avait l’étoffe d’un grand homme, que ma mère disait, mais son insubordination avait fait en sorte qu’il n’était pas devenu un Commandant de flotte. Cette journée-là mon père a montré à tous qu’est-ce que c’était qu’un soldat et un bon pilote. Il avait retenu les Insurgés aussi longtemps que possible pendant que ma mère et quelques autres fuyaient vers l’avant dernière navette. Il était ensuite revenu vers nous et était partis avec la dernière navette. Encore à ce moment il réussissait à retenir les Insurgés. Puis lorsque nous avions décollé du sol la navette de mon père ce fit abattre. Il fit de son mieux pour s’écraser sur la base tuant un maximum d’Insurgé pendant que les autres mourraient lentement sous les décombres.


Le temps passa et ma mère et moi, toujours sur Algolis, furent affecté dans un Bunker de l’ONI. J’étais maintenant un enfant d’environ quatre ans. Je me souviens que des médecins ou plutôt des scientifiques avec leur blouse blanche était passé dans notre chambre me faire des piqures pour des tests.  Pour mon âge j’étais tout de même très grand, je devais retenir de mon père puisque ma mère était de taille normale. Pour mon âge on me trouvait aussi très mature et très intelligent, ma mère me disait tout le temps que j’avais l’air triste à cause de ça. À chaque qu’elle me disait cela je la serrais contre moi et lui donnait un bec sur le front. Puis vint un des pires moments de mon enfance. Un soir ma mère me parlais d’un homme qu’elle avait rencontré et qu’elle voulait me présenté. Cet homme arriva un peu après et embrassa ma mère ce qui me paraissait totalement répugnant. Il était le genre de personne qui pouvait être représenté de plusieurs mots tels qu’enfoiré, face de rat, salaud et tous ce qui peut signifier une ordure.


Il fallait bien admettre que de le voir frapper ma mère n’avait pas aidé ça cause.  Il savait très bien que je le détestais et je crois bien qu’il me haïssait tout autant. Je voulais me débarrasser mais je ne pouvais rien faire je n’étais qu’un enfant à l’époque.  Puis vint le jour que ma craignais tout en attendant espérant qu’il arrive. Des scientifiques passèrent nous voir. Il parlait avec ma mère de quelque chose de secret. Peu de temps après ma mère était revenu vers moi souriant et pleurant en même temps. C’est à ce moment-là que ma vie avait changé. Ma mère m’avait demandé de suivre ces gens qu’il allait faire de moi un héros comme mon père et comme tous ceux dont elle me parlait avant que je m’endorme.


J’étais donc partis un peu plus loin j’attendais que ma mère soit prête quand soudain l’Ordure arriva. Il était-là à ce tenir devant moi avec un sourire malsain au visage. Il se pencha pour être à ma hauteur et me dit à quel point la vie allait être belle sans moi et que si je tenais à ma mère je ne devais pas revenir. Je ne pensais pas que c’était possible mais je le détestais encore plus après l’avoir entendu dire cela. Avant de partir lorsqu’il fit semblant de me dire au revoir je lui montrai la seule chose que j’avais appris de lui c’est-à-dire le doigt d’honneur. J’ai cru comprendre qu’il avait «adoré »  ce petit geste.


C’était maintenant le moment de partir. Ma mère recommença à pleurer tandis que moi je gardais cet air triste. Elle fit donc comme à chaque et elle me dit de sourire. Je l’avais donc serré et embrasser sur le dessus de la tête avant de lui dire au revoir et d’embarquer dans la navette des scientifiques. J’ai regardé ma mère pendant mon départ puis je me suis assis et vis deux autres enfants du même âge que moi environ. À notre arrivé les scientifiques nous avaient expliqué que nous avions été choisi pour être la prochaine génération de super soldat, les SPARTANS.


Le temps passait tout de même malgré le fais que je m’ennuyais de ma mère. Les entrainements étaient régulier et de plus en plus dur. J’étais rapidement ressorti du lot à cause de mon esprit vif et de mon intelligence. En plus d’être un Spartan j’allais être un chef d’escouade. J’allais avoir le poids de leurs vies sur mes épaules et ma conscience. Je ne pouvais quand même pas refuser malgré mon désir de solitude tous semblaient me faire confiance. Je ne leur demandais rien de bien particulier mais pourtant chaque ordre était exécuté avec la précision demandé.


Les années passèrent donc et comme tous être vivants nous avions grandis. Dans notre cas nous avions plus que grandis. Nos muscles avaient été déchirés par les croissances augmentées qu’on nous faisait subir. Certains de mes amis étaient morts à cause des injections qu’on nous faisait subir. En plus de notre corps mutilé on essayait de nous détruire mentalement. Plusieurs d’entre nous étaient plus machine qu’être vivant. On avait rarement des nouvelles du monde extérieur et quand on en avait elles étaient mauvaises pour la plupart. Je n’avais plus de nouvelle de ma mère depuis bien longtemps. La dernière chose qu’elle m’avait écrite (oui ma mère m’écrivait plutôt que des messages vidéo) remontait à environ deux ans. Elle avait pris sa retraite et déménager avec son enfoiré de compagnon.


Les entrainements continuaient à tous les jours. Ils étaient beaucoup plus réaliste que ceux qu’on avait connu à notre arrivé. Je me souviens d’un soldat de l’équipe bleu qui avait complètement figé pendant une simulation de combat. Il avait marmonné une sorte de prière avant de retourné son arme contre lui et de mettre fin à ces jours. Je me souviens de ce soldat que tout le monde prenait pour une sorte de brute à cause de sa grandeur et de sa musculature imposante. Mais ce qui fait que je me souviens de lui c’est que j’étais son chef d’escouade et qu’il c’était suicidé devant mes yeux en refusant de continué.


J’ai toujours cru que le premier soldat que j’allais perdre ferait en sorte que je me sente mal mais ce ne fut pas le cas. Son suicide m’avait laissé indifférent. J’avais marché à côté de son corps meurtri et de sa tête troué par la balle qu’il s’était tiré. J’avais par la suite terminé la simulation avec une victoire. Une autre victoire qui s’ajoutait à mon record de victoire sans défaite. Si ma mère m’avait vue ce jour-là elle aurait été franchement déçue de me voir agir telle une machine et ignoré un frère mort d’une façon aussi atroce.
Ce n’était pas le seul à mourir comme ça. Quelques ’un ont aussi mis un terme à leurs existences par le suicide. Puis une journée durant un repas j’étais assis à une table avec Sam, Miklagaard (Futur Chef des Rebelles), Gaspard et Jasper. Un des « amis » et tiens à préciser que le mot « ami » est un peu sarcastique puisque nous sommes considéré comme des machines. Bref un « ami » du premier Spartan qui c’était suicidé durant la simulation vint vers moi.


Je sentais par sa démarche que ce n’était pas simplement pour me féliciter de ma victoire. Il avait plutôt décidé de prendre mon plateau repas et de le lancer contre un mur. Il me reprochait de ne pas avoir aidé son frère d’arme. Selon lui j’étais supposé l’empêché de ne pas ce suicidé. Et bien vous savez quoi? Je lui ai dit ce que je pensais réellement. Je lui dis qu’un homme étant prêt à se suicider n’était qu’un lâche et ne méritait pas d’être en vie.


Un long moment de silence recouvrait la grande salle à manger. Je remarquai ses poings qui ce refermait. Puis il fonça sur moi comme une bête enragé. Un, puis deux coups de poing que j’avais évité comme si ce n’était rien. Évidemment il ne faisait pas du tout attention et c’est ça que j’avais exploité. Je lui fis un croche pied en même temps que j’évitais son coup puis avec mon autre jambe lui mis un coup de genou en plein visage durant sa chute. Il tomba sur le dos et on pouvait le voir souffrir. Mon coup n’a eu que pour effet de le mettre encore lus en colère. Il se releva donc avec misère et remis cela. Encore une fois il était lent, ces coups étaient tous prévisible et facile à éviter. Il avait tout de même réussit à me donner un crochet de la droite en plein visage. Mais ce n’est pas parce qu’il était un autre soldat que j’allais me laisser faire sans riposter. Je me suis alors mis à le frapper. Je ne le frappais pas de toute force au contraire j’y allais avec des coups rapide et précis. Je crois que le moment où tout à chambouler fut le moment où son équilibre avait été perturbé. C’est à ce moment-là que je lui avais pris le crâne et l’avait frappé de toutes mes forces contre le mur. C’était un miracle qu’il soit en vie et encore capable de tenir sur ces genoux.


L’alarme avait retentit dans toute la pièce et les autres commencèrent à s’éloigner de moi et du soldat qui était toujours à genou. Il me suppliait de le tué out en essayant de garder le peu de dignité qu’il lui restait. Mais je ne fis rien. J’ai longtemps hésité à le tué et entre temps les gardes étaient arrivés. Je m’étais alors retourné pour commencer à rejoindre les autres. Il dit alors une phrase que je n’oublierai jamais : « C’est ça le monstre retourne voir la pute qui te sert de mère». À ce moment-là je me suis retourné vers lui et j’ai marché vers lui avec un pas rapide et menaçant. Les gardes essayèrent de m’arrêter mais je réussis à les pousser hors de mon chemin. J’ai alors levé cette idiot en prenant son crane entre mes deux points. J’ai ensuite exhaussé son vœu en lui brisant la nuque. Son corps venait à peine de touché le sol qu’il était déjà glacé comme l’ambiance dans la salle à manger. Les surveillants sont alors intervenus et je les ai laissé me neutraliser.


On m’avait ensuite conduit à mes supérieurs. Les scientifiques qui s’occupaient de nous, la directrice de projet, un représentant du gouvernement et quelques hauts gradés étaient présent. Ils me firent un genre de procès improvisé pour ce que je venais d’accomplir. Je les ai écoutés parlé sans même dire un mot. J’étais une machine à ce moment-là et rien ne pouvait me dérangé pas même la mort. Une chance parce qu’ils me condamnèrent à mort pour mes actes de violence et de trahison. Selon eux la mort d’un de mes frères d’armes par ma main était considérée comme une trahison.


Ils virent que malgré ma sentence je ne dis rien et ne fit rien. C’est alors que le représentant du gouvernement se pencha vers la directrice de projet e lui chuchota quelques mots à l’oreille. Elle regarda ensuite les hauts gradés qui lui firent un signe d’approbation de la tête. J’ai alors appris que ma sentence venait de change et que de nouveaux ordres venaient de mettre attribué. J’étais maintenant un agent du gouvernement en plus d’être un Spartan. J’allais donc devoir rendre des comptes directement au gouvernement pour certaines missions. Ils m’ont ensuite libérer et renvoyé auprès des autres.


À mon retour plusieurs me craignaient et allait même jusqu’à m’éviter. D’autres comme Sam, Miklagaard et Jasper (ils tous présent lors de l’ « accident ») continuait de me parler et de me faire confiance pour diriger les opérations. Mais bon l’armée ne me laissa plus les commandes d’une escouade et c’est donc Jasper qui prit le poste de chef d’escouade. Nous avons donc continué nos entrainements et toutes nos augmentations génétiques pendant encore quelques années.


Notre dernier combat de simulation était arrivé. Cet entrainement était divisé en deux simulations. La première allait ce faire en escouade donc chaque escouade devait éliminée les autres et l’escouade survivante remporterait l’entrainement. La deuxième étape était des simulations en désavantage numérique. Chaque Spartan devait donc affronté une escouade de cinq Spartan.
La simulation commença donc et malheureusement pour nous je n’étais pas de retour aux commandes de l’escouade. Nos derniers entrainement avait été une suite d’échec. Jasper n’était pas fait pour être un leader et il le savait lui-même que j’étais mieux placé que lui pour être chef d’escouade. Il n’avait jamais voulu suivre mes conseils et encore moins me laisser diriger. Mais cette fois-ci ce fut différent. Nous devions réussir cet entrainement et c’est ce que nous allions faire.


Moi et Miklagaard avions prévu un peu avant le début de la simulation de changer la tactique de Jasper. Sam quant à lui avait longtemps hésité mais avait tout de même dévidé de se joindre à nous pour le succès de la mission. Donc quand la simulation avait commencé j’avais offert à Jasper de suivre mon plan mais comme à chaque fois il avait refusé. Nous avons donc suivis ces ordres pour le moment. Jasper marchait devant suivi de moi et les deux autres fermaient la marche. Je fis un signe rapide de la main aux deux autres et tout le monde arrêta de bouger. Jasper continua et il fut pris dans une embuscade. Après les premiers tirs en direction de notre leader Miklagaard se précipita vers l’ennemi et Sam chercha un bon angle de tir. Le Spartan 017(Miklagaard) était un des plus forts et rapides parmi nous tous. Sam(le Spartan 074) était un très bon tireur et il me couvrait pendant que j’allais chercher Jasper (SPARTAN 053). Moi j’étais le Spartan 112 et je venais d’atteindre Jasper. Je tirai mon frère d’arme touché un peu plus loin pour le mettre à l’abri. Je laissai Jasper avec Sam avant d’aller rejoindre le futur Spartan renégat. Je l’aidai à éliminer la dernière résistance sur place.


Nous avons ensuite rejoins les autres. Le règlement était clair au sujet de ceux qui étaient touché lors d’une simulation. Un Spartan touché lors d’une simulation ne pouvait plus intervenir tant et aussi longtemps que la simulation n’était pas terminé. Nous avons donc laissé Jasper et nous sommes partis à la recherche des escouades restantes.


Après quelques heures à ce combattre il restait une escouade complète contre nous trois. Nous étions bientôt à cours de munition. Sam avait deux balles dans son fusil de précision tandis que moi et Miklagaard avions environ un chargeur chaque. J’avais élaboré une stratégie et après une petite discussion avec mes deux frères d’armes, nous avions décidé de la mettre en place. Le Spartan 017 devait donc avancé pendant que je le suivais d’un peu plus loin. Sam était monté en hauteur pour avoir une vue d’ensemble. Quelques minutes à peine s’étaient écoulées et déjà nous avions terminé. Miklagaard avait joué le rôle de l’appât et ce ne fut pas long pour moi et Sam d’éliminer l’autre escouade.


À notre arrivé près de nos chef respectifs ils nous félicitèrent pour notre victoire mais semblait un peu en désaccord avec la tactique que nous avions utilisé. Ils nous invitèrent à rejoindre les autres. L’étape allait commencée quand on nous annonça une nouvelle difficulté. Les balles qu’ils nous restaient allait être les seules balles que nous avions pour commencer la deuxième simulation.
J’étais un des premiers à ressortir de l’étape deux qui avait été franchement facile selon moi. Je devais combattre une escouade à moi seule. J’avais donc utilisé une vieille technique que tout bon stratège connaît. J’avais divisé pour régner. J’avais donc éliminé le premier membre en l’attirant avec une simple roche. Après il m’avait suffi de lui rendre son arme et de descendre ces coéquipiers. J’avais descendu le deuxième d’une balle en pleine tête. Le plus beau dans tout cela c’est que lui il avait une grenade sur lui et donc vous savez comment les autres ont été éliminés.


J’avais établis un record ce jour-là et je crois qu’il n’a toujours pas été battu. La plupart réussirent avec succès et d’autre comme Miklagaard avait décidé d’être plus direct dans leur approche. Il avait brisé le bras gauche d’un autre avant de le lancer sur son coéquipier et de leur tiré en pleine tête. Bien sur ce ne sont pas des vraies balles mais j’ai cru comprendre que les chefs de division n’avaient pas particulièrement apprécié la manœuvre utilisé.


 Nous avions tous été transférés dans différente base de l’UNSC pour différente opération. Chaque escouade de Spartan devait protéger un secteur en particulier. Je m’ennuyais tellement les journées voir les semaines étaient longues. Je passais mon temps à m’entrainer et à étudier différente stratégie de combat. Puis à un moment l’alarme retentit dans la pièce où je me trouvais. Ça signifiait donc qu’une mission allait enfin nous être attribuée. J’étais le premier arrivé sur place peu de temps avant le chef de mon escouade. Malheureusement pour moi je travaillais avec une toute nouvelle équipe. Mon escouade avait été séparé à notre envoie ici. Sam et Jasper travaillaient toujours ensemble tandis que moi je me retrouvais avec une nouvelle équipe et Miklagaard aussi. Je n’avais pas non plus été nommé chef d’escouade.


La mission qu’on nous attribuait avait pour but d’arrêter une attaque rebelle. Une équipe avait déjà été envoyée sur place mais toutes communications avec eux avaient été perdues. Nous avons donc été envoyés sur place. Cette représentait énormément pour moi, les rebelles attaquaient la base où se trouvait ma mère que je n’avais pas vue depuis des années. Nos trois objectifs principaux étaient d’éliminer la résistance rebelle ce trouvant sur place, sauver les civils et surtout de retrouver un de leurs espions introduis chez l’UNSC depuis bien longtemps déjà. J’entendis mon coéquipiers traiter cette espions d’ordures et ce n’était que lorsque la photo de ce traitre fut dévoiler que je compris à quel point c’était une ordure. Il s’agissait du type que ma mère fréquentait.


Une fois arrivé à la base tout était tranquille. Nous avons donc été divisés en deux petites équipes de deux. On avançait tranquillement dans la base sans trop faire de bruit. Les quelques rares survivants qu’ont trouvaient était sévèrement blessé. Nos coéquipiers avaient éliminés quelques rebelles sans trouvé le moindre survivant. Je fus alors séparer de mon coéquipier qui fouillait une pièce à l’autre bout du couloir.


Je me rappelais de tous dans le moindre détail. Le chemin pour aller vers la chambre de ma mère, l’endroit où on mangeait jusqu’à l’endroit des toilettes. C’était plus instinctif que mémoriel, mes sens me guidaient à travers les pièces et les couloirs. Plus loin dans la base ce trouvait plusieurs cadavres tous avaient été tué devant la porte de mon ancienne résidence. Lorsque j’arrivai devant la porte j’entendis comme un sanglot venant de l’autre côté. J’ouvris la porte et pénétra dans la pièce. Je trouvai ma mère tenu en otage par l’espion rebelle que j’avais tant détesté tout au long de ma vie. Il était blessé à la jambe et à l’abdomen et il semblait avoir déjà perdu beaucoup de sang. J’étais maintenant un Spartan, en plus d’être plus costaud que lui j’étais mon imposante armure MJOLNIR noir. Je semblais l’effrayé au point qu’il recula et trébucha sur une bibliothèque qui était tombé au sol. Je me précipitai lors de sa chute et tira ma mère vers moi quand le coup de feu partis.


Je tenais ma mère dans mes bras, je voyais ces grands yeux bleu remplis de larme. Elle tremblait et était effrayé de tous son être. Je me dépêchai de la déposer au sol et me tourna ensuite vers l’homme pour la balancer vers un mur de toute mes forces. Je ne l’avais pas tué parce-que mes ordres étaient de le maintenir en vie. Je retournai tout de suite auprès de ma mère et retira mon casque pour la voir de mes propres yeux.    Je voyais l’amour et la joie de revoir son fil dans ces yeux. Je ne l’avais pas vue depuis des années mais son regard était clair comme de « l’eau de roche ». Je soulevai ma mère du sol et la serra du plus fort que je le pus. Un Spartan ne pleure pas et surtout pas une machine comme moi. Je n’arrêtais pas de me répéter cette phrase dans ma tête mais malgré tout cela je versai des larmes en embrassant le front de ma mère et en lui disant que tout allait bien. Elle fit alors ce que toute bonne mère fait pour rassurer son enfant, elle me sourit. Après ce dernier geste fut son dernier souffle et puis plus rien.


Je venais de la retrouvé et elle m’avait déjà quitté. Je passai ma main sur son visage pour fermer ces yeux. Mon coéquipier arriva à toute vitesse dans la pièce. Pas besoin d’un plan détaillé qu’il avait tout deviné. Je remis mon casque pour cacher ma peine et ma douleur avant de me relever avec le corps de ma mère inerte dans les bras. Je la confiai à mon coéquipiers et lui demanda de sortir de la pièce. Il refusa en disant que nous devions surveiller l’espion. J’allais vraiment me mettre en colère quand notre chef d’escouade arriva sur place et ordonna à tout le monde de sortir. Le corps de ma mère allait être emmené en lieu sûr et j’allais sortir de la pièce quand il m’arrêta. Il me fit comprendre que le prisonnier ne valait rien enfin si on réussissait à obtenir ces informations. Il ferma donc la porte devant moi me laissant seul dans la pièce avec l’ordure qui venait de tiré ma mère.


Je déposai mon arme sur le meuble à côté de moi près de la photo de mon père et de celle de moi et ma mère le jour de mes quatre ans. Je pris de grande respiration pour me calmer un peu avant de lentement me dirigé vers l’espion rebelle. Je mis deux chaises face à face et l’obligea à s’asseoir devant moi. Il eut alors le culot de m’accuser de la mort de ma mère me disant que si je n’étais jamais intervenu il s’en serait sortis et puis que, plus rien. Il n’a jamais eu le temps de continué sa phrase puisque je venais de lui planter mon couteau dans le genou. Il cria de douleur me suppliant de retiré le couteau ce que je fis mais lentement pour être sûr et certain qu’il voit bien la lame sortir de sa jambe. Il commença à divulguer les informations qu’il avait en sa possession et comme tous les idiots en interrogatoire il essaya de me faire croire qu’il ne savait que les quelques infos dit un peu avant. Je me levai donc et fis le tour de la pièce avant de revenir devant lui et de lui asséner deux coups de poings au visage. Je le levai ensuite et l’écrasa contre le mur tout en sortant mon couteau et le menaçant. Il recommença à parler et cette fois-ci il déballa tout son jeux me suppliant ensuite de lui laisser la vie sauve. C’est après avoir été convaincu qu’il ne savait rien de plus que je lui dis que sa vie ne valait plus rien maintenant que nous avions les informations. Il cracha alors sur ma visière et me dit de le tué. Je comptais bien le faire mais pas avant de le faire souffrir. Je le laissai tomber au sol avant d’aller reprendre mon arme et de lui tirer dans les pieds. Il allait bientôt mourir les blessures que je lui avais infligé en plus de celle déjà présente était tout de même important. Malgré tout ce que j’ai pu faire pour ne pas devenir un « monstre » ou plutôt une « machine » je ne pus m’empêcher me défouler sur lui et finalement il allait mourir. Je levai cet homme comme si il ne pesait pas plus qu’une plume sous l’effet de la colère et lui brisa la nuque.


Malgré tout je ne me sentais pas plus combler de cette vengeance. Je frappai dans les murs de toutes mes forces endommageant même mon armure. Puis je sortis de la pièce et les gars ne dirent rien. Même si ce n’était pas mon escouade leur respect était grandement apprécier.Nous sommes donc repartis vers l’extérieur de la base dans le silence le plus total. À l’extérieur mon coéquipier avait fait creusé un trou je ne sais trop comment dans le sol pour que je puisse y enterrer ma mère. C’était important de dire adieu à nos morts et de faire le point sur le moment présent. Après un long moment silencieux mon chef d’escouade nous ordonna de monté à bord du Pélican. Je fis mon rapport à mon supérieur et aux agents du gouvernement pour qui je travaillais en secret. Personne ne dit quoi que ce soit concernant la mort de l’espion.


Le temps passa et les missions aussi. Les combats contre les insurgés étaient loin derrière moi. Je me concentrais maintenant sur l’Alliance Covenante. J’étais de nouveau Chef d’Escouade et parmi mes hommes se trouvaient Sam et Jasper. Nous n’avions plus de nouvelle de Miklagaard et l’UNSC avait classé toute information sur lui top secrète. Le dernier membre de mon escouade était un petit nouveau du nom de Gaspard. On avait reçu plusieurs missions de sabotage sur des vaisseaux Covenants et le gouvernement me demandait en même de gardé un œil sur les autres Spartan et sur certains membre de l’ONI en particulier.


Puis arriva les moments les plus durs de la guerre, la découverte des anneaux communément appeler Halo. Nous avons donc tous été affecté à leurs découvertes et à leurs destructions. Entre temps moi et Jasper avions fondé l’équipe de reconnaissance Delta composé de Spartan seulement. À cause de mes sautes d’humeur quelque peu colérique je n’avais pas eu le droit de commander cette équipe. Depuis la mort de ma mère, la disparition d’un frère d’arme et la perte de mon escouade j’avais tendance à m’emporter plus souvent. J’avais été assigné à des corvées en raison de violence envers d’autres soldats de l’UNSC et en plus des insurgés et de l’Alliance Covenante, le Parasite(Flood) c’était mis de la partie.


Je n’ai pas été très présent lors de la bataille du premier Halo. Mes ordres étaient l’infiltration de plusieurs vaisseaux de l’Alliance Covenante. J’ai donc remplis toutes ces missions sans exceptions et sans le moindre écart de comportement. J’avais dernièrement commis trop d’excès de colère et je devais redorer mon image. Quand la bataille du premier Halo ce termina le Général de Division Revan ou Jack Stantford, appeler le comme vous voulez m’a promu au rang de Capitaine. J’avais l’occasion de commander une toute nouvelle escouade de soldat mais mon choix aussi étonnant soit-il pour eux avait été de resté dans la Delta avec Sam et Jasper. J’étais toujours le second en chef de l’escouade après ce chère Jasper.


Ce que je ne savais pas c’est que lorsque nous avons découvert le deuxième Halo ou plutôt l’installation 05 nous avons aussi rencontré une forte résistance de la part des Floods. Nous avions reçu comme ordre de s’introduire dans le vaisseau de Kelly Sanders le Séparateur. Connu pour sa puissance incroyable puissance ce vaisseau pouvait séparer n’importe quel navire en deux.  Le Parasite contrôlait le vaisseau tout le monde abord avait été tué ou certains étaient pris en otage par les Covenants. Bref lorsque nous sommes arrivés dans le vaisseau celui-ci était déjà bon pour la casse. De la pourriture recouvrait les murs et le sol. Le comité d’accueil arriva très vite et il fût très difficile de tous les éliminer. On avançait ensuite dans le vaisseau en s’assurant de bien poser les explosifs à des endroits stratégiques. Gaspard était resté à l’arrière pour surveiller notre sortie en cas d’urgence. Sam préparait les explosifs pendant que moi et Jasper avancions et fessions le ménage dans le vaisseau.  À notre arrivé vers le poste de commandement et de pilotage une horreur de taille nous attendait. Un proto-fossoyeur et même un très gros proto-fossoyeur siégeait au centre de la pièce. On avança prudemment en éliminant les quelques ennemis sur place. Puis on entendit cette espèce de crie ou même gémissement émis par les Floods. Une armée arriva carrément sur nous et qui nous força à battre en retraite.


Sam quant à lui avait préparé plusieurs explosifs mais rien d’assez gros pour détruire ce vaisseau. On revenait rapidement vers lui et à trois nous avions une légère chance de tenir en attendant Gaspard. Malheureusement il était lui aussi en difficulté. Jasper eu alors une idée il nous ordonna de faire un tir de suppression en reculant le plus loin des explosifs. On se cacha le plus vite et surtout du mieux qu’on le pouvait tandis que Sam faisait exploser La plupart des floods étaient éjectés du vaisseau par le trou crée par l’explosion. Je me tournai et ne vit que Sam près de moi. Je cherchai Jasper du regard sans jamais le trouvé. Je communiquai par liaison privé et alors je l’entendis tousser. Il avait couru vers les floods et la passerelle mais l’explosion l’avait propulsé et blessé au passage. Il était bien amoché même son armure semblait avoir subi d’énorme dégât. Il nous ordonna ensuite d’aller rejoindre Gaspard et de sauté hors du vaisseau à son signal. Pendant ce temps-là moi et Sam recevions les dernières paroles de Jasper. Il allait ce sacrifié avec le vaisseau. On avait rejoint Gaspard de justesse puisqu’au même moment Gaspard nous ordonna de sauté. Sam et Gaspard sautèrent quelques secondes avant moi. Pendant un instant j’ai pensé à aller le cherché mais il m’ordonna alors de sauté et de m’occuper de la Delta. Il dit alors la dernière phrase de sa vie. Je m’en souviens comme si c’était hier. Les derniers mots de Jasper furent : Tu n’es pas quelqu’un de méchant comme les autres le croient Marcus *tousse* tu n’as simplement pas eu de chance en gardant un côté humain plutôt que de devenir une machine. Il termina sa phrase pendant que je quittais le vaisseau.


Sam et Gaspard tombèrent sur une station de transport sur le Halo Delta. Je suis tombé plus loin et en tombant ma jambe gauche avait subi le contre coup. Je pouvais marcher mais la douleur était terrible. En me levant la tête je vis le Séparateur filer à toute vitesse vers la salle des Archives. On entendit l’intensité de l’impact partout sur le Halo. J’appelais les autres à me signaler s’il était tous en vie. Leurs lumières clignotèrent sur mon ATH excepté Jasper qui nous avait maintenant quitté. Je partis aussi vite que je le pus vers la position de Sam et Gaspard. Lorsque j’arrivai près d’eux une unité Covenante s’approchait de nous avec une apparition. Je m’éloignai et pris le fusil de précision de Sam pendant que celui-ci préparait les explosifs qu’ils lui restaient. J’observais à travers la lunette du fusil de précision l’ennemi ce dirigé vers nous et à ce moment une idée me traversa l’esprit. J’ordonnai vite à Gaspard de m’aider à creuser un trou. Celui-ci prit des morceaux de métal que le vaisseau avait perdu lors de sa chute et l’utilisa pour creuser rapidement. Une fois le trou assez profond j’expliquai mon plan à mes frères d’armes. Gaspard devait se cacher dans le trou avec l’explosif conçu par Sam. Pendant ce temps j’allais jouer le rôle de l’appât pendant que Sam allait me couvrir de loin avec son fusil de précision. Quand l’unité et l’apparition passerait au-dessus de Gaspard celui-ci sortirait du sol et collerait l’explosif avant de s’éloigner. Pendant ce temps les covenants allaient me repérer et allait vouloir me tuer ou me capturé selon leurs ordres. Sam allait les descendre du mieux qu’il le pourrait pour que Gaspard et moi ne subissions pas trop de tire ennemi.


Une fois l’apparition arrivée Sam donna le signal à Gaspard. Il sortit du sol et s’empressa de courir vers l’apparition. Il se déplaçait si vite que les élites avaient peine à le suivre. Il plaça l’explosif sur l’apparition et repartit aussi vite. Je sortis mon fusil d’assaut MA5B et tira sur les élites devant moi. Ils commencèrent à répliquer et Sam ouvrit le feu à son tour. L’explosion prenait trop de temps à se produire et l’apparition ce prépara à faire feu sur Gaspard. La concentration de plasma allait partir quand tout à coup l’explosion eu lieu. Gaspard fut propulsé par l’explosion mélangeant le plasma et les explosifs. Sam couru vers Gaspard et arriva en même temps que moi. On le trouva à moitié bruler. Son armure était tellement endommagée qu’on aurait dit qu’elle lui avait fondu sur la peau. Il allait mourir, personne ne pouvait survivre à de telles blessures. Il essaya tout de même de ce relever mais sans succès. L’explosion avait attiré un pélican vers nous et en le voyant arrivé nous en virent plusieurs autres qui partaient. Le pilote du Pélican nous expliqua que le Séparateur allait exploser et que tout le monde dans la zone devait être évacué. L’explosion allait tout détruire dans la zone mais elle ne serait pas assez puissante pour détruire une partie de l’anneau.


Sam et moi trainions Gaspard dans le Pélican lorsqu’il commença à marmonner. Il nous supplia de le laisser là. Il ne pourrait pas tenir encore longtemps, il avait du mal à respirer et son armure avait fusionné avec sa peau. On le laissa donc au sol et lui serra la main avant de quitter avec le Pélican. On décolla et je restai debout devant trappe pendant que le vaisseau explosa. Gaspard fut désintégré par l’explosion et lorsque je le perdis de vue je partis m’asseoir dans le Pélican. Je quittai le Halo Delta et peu de temps après je fus assigner sur Terre.


Une fois sur Terre Sam et moi furent promus. J’étais maintenant Général de Brigade pour remplacer l’ancien mort au combat, Sam était Lieutenant-Colonel et nous avions été jumelés en équipe avec le Colonel Seb et le Sergent Benjamin. Tous deux étaient aussi des Spartan. Seb était le second du Chef de l’ONI Revan et Benjamin avait fait quelques mission comme éclaireur pour l’UNSC, Comme vous le savez tous la Terre avait été attaqué. Bref nous avons aidés à l’évacuation de civil et nous avons retenu les troupes de l’Alliance Covenante dans plusieurs secteurs. Nous avons ensuite été aidés quelques ODST qui devaient rétablir les communications avec le haut commandement. Bref nous avions accomplis plusieurs objectifs comme la plupart des équipes. À la même période nous avions conclus une trêve avec les Élites qui avaient tous été trahis par leur Alliance. Bref dans ces temps-là je n’avais rien fais d’extraordinaire. Avec ma promotion était arrivé les papiers à remplir et à signé. Le Haut Commandement m’avait promis que quelqu’un s’occuperait de tous ces papiers mais en temps de guerre ce n’était pas facile.


Je passai pratiquement mon temps loin du combat et je commençais à devenir fou. J’avais participé à quelques missions mais rien de très gros. La guerre était pratiquement terminée, On n’avait aucune trace des derniers Covenants et la paix semblait vouloir revenir. Je ne faisais donc que de la paperasse mais le côté positif c’est qu’avec la paperasse on découvre certaine chose. J’avais découvert la présence d’une taupe parmi nous. J’enquêtai pendant des mois pour trouver l’espion sans jamais rien trouvé. Chaque piste que j’avais ce terminait par un cul de sac. Le temps passa et je ne trouvai jamais le traitre parmi nous. Je commençais à croire qu’il était mort ou bien qu’il était parti avant que je ne l’attrape. Je fus alors mis hors service pour quelques temps. La guerre était finie et les Spartan allaient tous être cryogéniser. Enfin c’est ce que tout le monde croyait. Moi j’en ai profité pour faire le tour de la terre. J’aidais tous ceux que je croisais et j’avais même passé des semaines dans un centre d’entrainement pour améliorer mon combat au corps à corps. Après deux ans, quatre mois et vingt-six jours j’acceptai enfin d’être cryogéniser.


Pendant ce long sommeil une nouvelle génération de Spartan avait vues le jour. Les Spartan IV ont été grandement amélioré même si selon moi ils ne font pas le poids face à un bon Spartan III. Les Spartans IV avaient tout de même combattu lors d’un nouveau conflit contre le Didacte et d’autres Covenants. Après ce conflit ils nous rejoignirent dans ce long sommeil. J’étais un des premiers Spartan à être réveiller ensuite. J’avais été réveillé avec quelques autres à cause d’un conflit avec un groupe de Pirate galactique. Nous  avons donc été remis en service et le combat avait été des plus faciles jamais fais. Un jour en consultant les dossiers j’étais tombé sur le Spartan 017. « Mis hors service par le Haut Commandement, ne pas réveiller le sujet, il est extrêmement dangereux ». Voilà ce qui était écris au dossier de Miklagaard mon ancien frère d’arme. J’étais alors sûr que l’espion dans nos rangs était responsable de ceci. J’étais donc partis sur une vielle Station de l’UNSC où se trouvait celui qu’on allait surnommer Master-Killer. En arrivant sur la station j’informai les responsables de mon intuition et des preuves que j’avais. Mes supérieurs m’avaient donnés les autorisations pour décongelés Miklagaad et l’interrogé. Je devrais aussi le recongelé par la suite afin qu’il reste sous-contrôle.

(La dernière partie de mon histoire arrivera sous-peu Razz )
  








Code validé par moi même puisque je l'ai crée Razz

_________________
Spartan never die - they are just Missing In Action

Administrateur
Revenir en haut Aller en bas
 
Marcus Jacobs(Spartan 112) (En Cours...)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Demande d'autorisation de suivre les cours
» Cours sur le RP Théorique , synthèse de notre monde .
» [En cours] Lapin minuteur
» la cours du voïvode et son armé (1500point)
» Cours d'harmonica

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Halo :: Avant RPG :: Présentations :: UNSC :: Spartan-
Sauter vers: